§18. Et en profiter parce que je suis seul ce soir à l’Auditorium de l’Institut Chileno-soviétique, 20h, à attendre le début du concert d’Inti-Illimani prévu pour 19h, rue Ejército, n°57, mais qui ne devrait pas tarder, couvre-feu oblige : il ne s’agit pas de mettre les camarades en danger.

Deux jours deux concerts, donc. Je ne suis pourtant pas un mélomane sans conscience. Je dois bien découvrir les groupes phares de la culture révolutionnaire chilienne, même si j’ai déjà vu celui-ci au marathon anti-fasciste, il y a une semaine. Et puis l’Art est une branche de l’action politique, elle véhicule une vision du monde. Elle n’est jamais neutre car même l’absence de propos engagé est significative. Un militant reste donc un militant même lorsqu’il souffle et prend du plaisir. Comme moi ce soir.

Bande sonore : Inti Illimani, “Tatatí”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *