La version de Quilapayún de la chanson :

Ils ne nous bougeront pas de là / Ils ne passeront pas : petit historique du slogan

Joan Baez la grande chanteuse étasunienne née d’un père mexicain, interpreta de nombreuses fois cette chanson, et elle s’est inspirée d’une autre phrase : “¡No pasarán!”. Cette fameuse phrase devint, durant la guerre civile espagnole (1936-1939), popularisée par Dolores Ibárruri Gómez (La Pasionaria, une des fondatrices du Parti Communiste Espagnol), et qui devint le leitmotiv des républicains voulant empêcher que les fascistes arrivent à Madrid.

Pourtant, ce slogan naquit vingt ans avant en France. L’historien et écrivain Néstor Luján situe son origine à la bataille de Verdun. Celle-ci fut la plus grande de la Première Guerre Mondiale et la seconde plus sanglante après la Bataille de la Somme. La bataille de Verdun fut célèbre pour le fameux « Ils ne passeront pas ! » déclaré par le commandant français Robert Nivelle, et non – c’est ce que soutient l’historien Pedro Voltes – de Pétain qui ne brillait pas par sa rhétorique.

Dès la fin des années 30, « ils ne passeront pas » (en anglais : “They shall not pass”) devint le slogan utilisé pour exprimer la détermination à défendre une position contre l’ennemie. Il apparut après sur des affiches de propagande, comme celle de Maurice Neumont après de la Seconde Bataille de la Marne, avec la forme « On ne passe pas ! », qui sera la forme adoptée sur les plaques des uniformes de la Ligne Maginot.

“¡No pasarán!” est devenu un slogan international antifasciste, utilisé dès que l’on veut montrer qu’on a pris conscience du danger (on est clairvoyant !) et qu’on est prêt à le combattre (on est un héros !) jusqu’aux « ultimes conséquences » (on aime aussi voir son héroïsme dans la glace, surtout lorsque le danger est loin et encore abstrait).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *