Voici l’amère découverte que j’ai faite ce soir, en recoupant une information lue dans le Salvador Allende: El fin del mito de Víctor Farías [173]1 : Una vida por la legalidad attribué à Carlos Prats 2, que je possède et pensais citer, n’est qu’un faux ordonné à Moscou par le Parti Communiste Chilien (Volodia Teitelboim) et exécuté par celui qui était alors le directeur du Siglo, Eduardo Labarca. Celui-ci a tout avoué en 2005, en marges d’un roman qu’il publiait où un de ses personnages faisait œuvre de faussaire et publier un livre attribué à un auteur qui ne l’avait jamais écrit. On peut trouver l’explication complète de cette vraie falsification sur le site personnel d’Eduardo Labarca.

Notes

  1. Farías cite MARTINI María Isabel (de), « El otoño del Jerarca », Qué Pasa, n°196, Santiago, 2005, pp. 8-14
  2. Mexico, Fundo de cultura económica, 1976, 137 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *