§8. Encore une fois, tu ne te sens plus être toi-même. Ne plus être du tout, d’ailleurs. Ou un fantôme qui regarde ton corps marcher. Tu te promènes dans la rue, tu préfères oublier pourquoi. Tu te remémores ce que tu viens de penser : n’existe que ce qui agit. Et au milieu de ta rêverie passagère, ton regard se pose sur un groupe de jeunes se séparant en deux groupes qui se crient l’un à l’autre les derniers mots qu’ils auraient très bien pu se dire tranquillement en restant ensemble quelques secondes de plus.

Agir, perturber l’espace, produire quelque chose, ne serait-ce que du bruit, les regards désapprobateurs des passants plus âgés. Tu généralises : si les jeunes crient et font de la musique, si les gueux boivent, si les artistes publient manifestes et grimaces, c’est qu’ils ne sont rien sans la réaction qui les fait ‘être’. Tu as continué à marcher pendant tout ce temps-là, tu viens de passer une rue et au carrefour en croises une autre. A son seuil tu te demandes ce que vaut cette idée qui t’es venue… la rencontre fortuite d’une pensée et du monde environnant peut-elle produire l’étincelle d’une intuition géniale ? Tu n’attends pas la réponse. Tu soupires. Tu es dans une nouvelle rue, tu la pénètres sous ce ciel si bas qu’il semble peser sur la terre, lui faire subir une pression usante. Et ces fenêtres immobiles, ces rues en interminables lignes droites comme un repère stable dans lequel tu es le mouvement, certes, mais la variable que nul n’observe, que nul ne prend en compte dans ses calculs. L’expérience inutile dans un coin du monde, qui ne donnera aucun résultat.

Lorsque la réalité se rappelle à moi : à un coin de la rue, une foule s’est agroupée autour d’un magasin que ce qui s’avère être les membres d’une JAP tentent d’ouvrir avec des pieds de biches sous les hourrahs de tous les autres. Les ventres ont faim même le jour du Seigneur et il n’y a pas de trêve pour traquer les accapareurs qui soustraient leurs marchandises aux prix fixés par le ministère de l’économie, afin de les proposer sur le marché noir où ils réalisent de gros bénéfices. Répétant en même temps à qui veut l’entendre qu’ils n’ont rien, et nous obligeant à faire des queues de plusieurs heures !

Au retour de cette petite balade Agustín m’apprend que Natalia est passée et m’a laissé un message dans ma chambre : il fait nuit, mon soleil brille.

Je suis désolée d’avoir été silencieuse aussi longtemps. Pas moyen d’appeler ni de t’écrire avant. Voici mon numéro………..

Tu m’as manqué.

Natalia

Je relis « tu m’as manqué », « tu m’as manqué », « tu m’as manqué », tu lui as manqué, Jean, et tu es heureux comme un enfant de 6 ans devant le sapin de Noël !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.