§21. Natalia lit Neruda et apprécie cette poésie populaire ; les salaires n’ont pas encore été réajustés ; les pobladores se mobilisent pour l’extension du panier populaire ; Pablito – en vacances et quelque temps avec sa mère à Santiago – gagne notre jeu qui consistait à faire aboutir une petite voiture le plus loin possible après être passée sur un tremplin ; Natalia peste :

— Quel culot ces gens de la DC avec leur plébiscite ! Jamais une élection parlementaire n’a été un plébiscite, sinon Frei aurait dû quitter la Moneda en 1965 déjà !1 Quelle farce ! Mais pourquoi est-ce qu’on s’entête à perdre du temps avec tout ceci ?

Des travailleurs ont été tués à Temuco ; Natalia passe des coups de téléphone pendant que je joue avec le petit une séance endiablée de penalties : « France vs Chili en final du Mondial 1974 ». Avec une victoire difficile de la France qui avait des cages à garder beaucoup plus grandes que celles de son adversaire, pour compenser la différence d’âge entre les deux sélections nationales, et malgré de nombreuses interruptions de jeu, le temps que la petite équipe chilienne bondissante aille chercher la balle dans/chez le(s) (stade) voisin(s) ; le lendemain Natalia n’est plus à Santiago. Je commence à comprendre la relation de cause à effet. Et la relation, plus profonde que je ne le croyais, entre Natalia et Temuco.

Note

  1. C’est-à-dire un an après son élection comme président de la République chilienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.