§2. Les joueurs de Colo Colo rentrent d’Argentine. Sur tout leur trajet dans leur autobus Via Sur – nationalisée depuis peu dans des conditions quasi-identiques à celles que nous verrons avec Geka – les gens se sont postés, à pieds en charrette en voiture, pour les acclamer. Jean et Claudio sont venus à la grande fête populaire prévue pour eux dans le centre-ville de la capitale.

Mais après quelques minutes de communion avec les joueurs qui les ont tant fait vibrer, de joie, d’espoir et de peine, alors qu’ils voulaient les remercier – oui, des vaincus aussi peuvent devenir des héros– voici que des affrontements avec la police se produisent. Et viennent gâcher la fête, même durant cette manifestation qui devait rassembler tous les Chiliens et enfin faire l’unanimité.

Les communistes accusent les pijes de Providencia d’être venus en masse pour gâcher la fête. Ce pays est-il irrémédiablement condamné à la division ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.