§18. Je suis allé aujourd’hui au forum sur le « pouvoir populaire » organisé par le syndicat du journal Clarín, après le travail. Les gens du MIR étaient là, Miguel Enríquez discourant sur ce qui est devenu un cheval de bataille de son mouvement. Le Plan Prats-Millas, actuellement en préparation, ainsi que les aussi futures et attendues déclarations de Fernando Flores, qui devrait annoncer une « économie de guerre », étaient dans toutes les têtes. On observait alors surtout l’état d’esprit des gens devant le verre à moitié vide / à moitié plein. Les pessimistes soulignaient que ce Plan, mettant à plat – pour ce qu’on en sait et ce qui se chuchote déjà dans les réunions et journaux – la liste des entreprises devant encore entrer dans l’Aire de Propriété Sociale et surtout celles qu’on rendrait finalement à leur propriétaire, est préparée dans les bureaux des ministres concernés, sans concertation prévue avec les autres partis de l’UP : « si c’est pour que tout se décide autour de la Moneda1, c’était bien la peine de parler de pouvoir populaire ! ». Les optimistes notaient dans les propos annoncés (c’est vrai qu’on parle de potentielles déclarations comme si elles avaient déjà été prononcées) de l’ex-ministre de l’économie Fernando Flores (MAPU), remplacé par Orlando Millas à cause d’une mise en accusation politicarde de la droite, la demande d’octroi de responsabilités essentielles aux JAP dans l’organisation du ravitaillement : « le pouvoir populaire arrive, c’est le gouvernement qui le mettra en place ! »

Puis, par un enchainement bizarre des évènements je me suis retrouvé dans la rue Inés Matte Urrejolaà aller nourrir les camarades qui occupent les locaux de Canal 9. Le PS, le MIR et le PC sont de ce bras de fer, c’est une action unitaire comme je les aime. Pas question que ce canal tombe lui aussi dans les mains de la réaction. J’ai même eu de la chance puisque le nouveau chef de presse, Octavio Neira, celui qui a obtenu le fameux concours grâce auquel le recteur Boeninger2 voudrait remplacer peu à peu tout le personnel de la chaine de télévision et y mettre des copains démocrates-chrétiens, voulait se présenter à son bureau. J’ai donc pu assister avec joie à la façon dont il a été empêché par des membres de l’UP, parfois armés d’objets contondants, de rentrer dans les locaux où il n’a rien à faire. Et puis nous avons mangé du poulet après l’action ! Du poulet réservé pour nous dans les JAP, ce qui n’est pas très égalitaire, mais n’est-il pas normal que les défenseurs du peuple aient quelques privilèges provisoires sur les réactionnaires ou les soi-disant gens neutres et apolitiques qui ne font que le jeu de la réaction ? Dans la société égalitaire cela n’aura plus lieu mais en attendant il nous faut des forces, et à choisir nous les méritons plus. De plus, comme il n’y aura pas de viande ce week-end dans les boucheries santiagaises, c’est toujours ça de pris dans l’estomac. Pour le week-end au moins, puisque la semaine je me nourris pour 8 escudos en achetant des plats préparés par la Sociedad Procesadora de Alimentos (SOPROA)3.

Notes

  1. Entendre : les ministères qui se trouvent à proximité de la maison présidentielle, et par extension le pouvoir venu d’en haut.[Note pour les non-Chiliens, puisque les Chiliens auraient compris cette métonymie sans problème]
  2. La chaîne de télévision Canal 9 est tenue par l’Université du Chili, comme le Canal 13 l’est pas l’Université Catholique.
  3. La SOPROA est dirigée par Moy de Tohá, épouse du Ministre de la Défense, qui voulait organiser « un système comme celui de Waldorf »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.