§300.1 Et du coup, installé provisoirement chez Claudine, je ne peux plus voir d’autres femmes pour le moment. J’en profite alors pour aller voir Les 101 Dalmatiens avec un petit cousin que je n’ai pas souvent l’occasion de voir seul. J’irai aussi voir Orange Mécanique un soir, plutôt que Le parrain ou Le dernier tango à Paris, pour que, vu la réputation du film, elle ne m’accompagne pas… et me laisse aller avec une autre. Paris est assez grand pour y tenter d’y avoir une double-vie temporaire, c’y est moins dangereux qu’à Santiago…

Le Chili… lorsque j’entends les nouvelles rapportées par Le Monde, seul son été me manque : « les partis d’opposition critiquent violemment les mesures dites d’économie de guerre » y lit-on. Donc nous voilà. Je sais par d’autres sources – heureusement que je ne lis pas que le Monde, je connais assez le drôle qui écrit la plupart de leurs articles à Santiago2 – que le gouvernement a créé les « paniers populaires » et veut consolider le rôle des JAP contre le commerce privé, avec notamment la constitution du premier « Commando Provincial d’Approvisionnement Direct ». En deux mots : la création du rationnement et du contrôle des « séditieux » par la faim.3

Les partisans de l’Unité Populaire craignent l’apparition d’un marché noir encore plus effréné et multiplient les attaques contre celui-ci, comme Fernando Flores faisant notamment remarquer que certains stockent pour créer une pénurie artificielle, critiquant une « stratégie électorale », là où il s’agit peut-être autant d’une simple question de survie que d’arrière-pensées politiques. Comme le note à raison Eduardo Frei, « c’est un pas clair et précis vers le contrôle totalitaire du pays » … 4 « Répartition égalitaire de la pénurie » qu’il disait, non ? Dois-je vraiment rester encore longtemps dans ce pays qui commence sa longue agonie ou faut-il que je pense à retourner durablement en France avant que ça ne s’aggrave encore ? Il faudrait que je pense d’ores et déjà à des plans B, ici, ou ailleurs…

Oh ! Alors que je vous disais un paragraphe plus haut que Paris est grand, voilà que j’aperçois à quelques mètres de moi                                        5 qui arrive dans ma direction sur le même trottoir. Oui, le Dieu de la fiction romanesque est plus bon que le vrai Dieu de la fiction historique. J’ai quelques secondes pour réfléchir, je ne peux pas laisser passer l’occasion en même temps que l’homme. Mais que faire ? Si je le prends à partie, le hâbleur va se montrer disert et me noyer de borborygmes jargonnants. Il ne faut surtout pas polémiquer avec ce genre de types, ils n’attendent que ça, ne savent faire que ça, pourquoi leur offrir cette aubaine ? De plus, pour réfuter leurs torsades amphigouriques, il faut les lire et en comprendre la généalogie, c’est-à-dire que plus qu’ausculteur de selles, ils vous obligent à devenir proctologue de la pensée. Il faut agir, sèchement, ne pas parler. Il arrive à ma hauteur, enfin, si je peux me permettre de me penser à la hauteur de Sa Grandeur. D’instinct, je l’attrape par le col mao et commence à me racler la gorge. Comprenant ce qui va lui arriver il me demande :

— Pourquoi ?

— Pour qui, veux-tu dire ? Pour Overney et Tramoni. Pour tous les jeunes qui auront cru vos stupidités sans comprendre que vous faisiez ça pour rire et que vous sauriez passer du bon côté des pavés, une fois arrivés dans l’impasse et lassés vous-mêmes du jeu ! Pour tous ceux qui se sont suicidés, qui se sont sentis trahis à la dissolution de votre groupe, pour le peuple que vous avez méprisé à votre façon, et de manière plus dure que les conservateurs qui, eux, ne lui ont jamais donné d’illusions ! [1) oui, j’arrive à dire tout ça en préparant un mollard, moi aussi j’ai mes compétences extraordinaires ; 2) Oui, je mets Tramoni avec les autres, sans avoir plus de sympathie pour lui que pour les maos. Tramoni et Overney étaient deux pions qu’actionnaient les pièces fortes du jeu, celles qui sont en deuxième ligne – qui joue aux échecs, je ne sais pas ? – mais assurément des gens des très biens (je ne veux pas d’ennuis avec Dieu et le Diable, au cas où ces deux tordus existeraient]

— C’est injuste, Tramoni n’est pas encore assassiné ! Et c’est pas moi qui l’ai fait ni commandité ! Puis Overney aura eu une belle fin de vie ! Il avait la rage contre ce système, il a pu se servir de la Gauche Prolétarienne comme exutoire au lieu de s’inscrire dans un groupe de casseurs du Paris Saint-Germain et taper sur la gueule d’autres abrutis pour une sordide histoire de ballon ! Il a pu pignoler des idiotes qui ne comprennent rien à nos discours, parfois même des bourgeoises « démocrates » qu’il n’aurait pas pu approcher sans nous, et puis il nous a parlé, ce n’est pas rien ! Il nous a tutoyé. Il a eu la chance de sa vie de fréquenter l’élite parisienne en germe. Il a eu des funérailles grandioses ! On a retenu son nom ! Tu ne crois pas que c’est ce qui pouvait arriver de mieux à ce quidam de Château-Thierry ?

Sans répondre je6
— Justice populaire. La vraie.

Et je le laisse pleurer dans la rue. Il s’en remettra, va. Oublions-le vite. Moi je pense déjà au séjour en pays germanophone que je dois faire très prochainement, en me demandant sérieusement et pudiquement (donc tu n’en sauras rien, lecteur, c’est assez de familiarité avec toi) de qui ou quoi je suis l’idiot, et si j’ai au moins la chance d’être utile.

Note

  1. Je suis un texte sur le Chili, je peux donc bien numéroter mes fragments avec la même fantaisie dont on se sert pour numéroter les bâtiments de certaines rues à Santiago du Chili. [Note pour accepter la vengeance d’un visiteur étranger, souvenir d’une nuit qu’il prétend avoir failli passer dehors faute de trouver son hôtel en raison de ces facéties de numérotation.]
  2. Pierre Kalfon (Laffonques), cf. 1. I §3.
  3. Voici un exemple : dans des entreprises de textile possédées par l’Etat, seuls peuvent acheter les ouvriers, les syndicats, coopératives, centres de mères et autres organisations qui ont obtenu la carte d’approvisionnement. A chaque personne ou entité se voit attribué une quantité et des intervalles de temps pour acheter. Il est donc impossible d’acheter ses produits si l’on n’est pas travailleur de l’entreprise ou membre d’un de ces organismes reconnus, et dès lors, pour ces gens-là, seul le marché noir permet de se procurer ces produits. “Tarjetas de racionamiento en empresas textiles estatales”, cf. La Prensa de Santiago, 03/01/1973, 9.
  4. Vous ne savez pas comment je peux savoir tout ceci sur le Chili en étant à Paris à une époque où Internet n’existait pas [si, si les enfants, on vivait sans, je vous assure !], et pourtant je le sais et c’est vérifiable ; voilà encore ce qui me différencie de vous, et de tous ces fraudeurs que sont les journalistes et les historiens ! [Note de Juan]
  5. Je vous entretenais aussi sur Erostrate au tout début de ce chapitre. Il nous faut donc prendre conscience que citer les épigones contemporains du Grec narcissique est une façon de leur accorder la victoire. Vous noterez donc vous-même dans le blanc laissé à cette intention, le nom de l’ex-leader du groupe d’agitateurs stériles, produit de la « société du spectacle » devenu producteur ou diffuseur de spectacle à son tour. Non pas que les héros sous Homère n’avaient pas déjà conscience, au moment-même où ils les vivaient, que leurs faits et gestes allaient être narrés, sinon ils seraient restés à la maison. Mais le temps entre l’action et la narration a tellement été raccourci qu’il en devient désormais indécent, les héros se regardant le soir-même au journal télévisé. Comment fera-t-on lorsqu’on aura des écrans de contrôle pour s’assurer en direct l’efficacité de l’image qu’on est en train de produire ? Les guerriers arriveront-ils à se battre en se touchant en même temps ? Je suppose qu’un des enjeux du collectivisme pour les prochaines années, réside dans la chirurgie esthétique et notamment la greffe d’un troisième bras. En attendant, voici tes hommes, lecteur : A. Gei., B. Lév., J.S. Pat., Gé. Mill., Se. Ju., Ma. Kar., Mi. Fou., voire B.-H. Lév. (Si tu ne vois plus qui sont ces gens, c’est gagné ; met alors au hasard, ils méritent tous de toute façon) [Note de Juan]
  6. …lui crache dessus en rajoutant un glaviot hivernal trouvé dans mes narines / …ravale ma colère et décide plutôt de transformer ses couilles en omelette / déglutis pour préférer imprimer un tract à cinq doigts dans sa gueule (voilà, c’est toi qui choisis ! Comme ça c’est TOI qui m’as fait faire le geste et pas le texte. Je veux éviter les histoires avec la justice de 2013, si jamais un des gars à qui TU m’as faire ça appelait et gueulait : « oui ! C’est un scandale ! Vouloir me donner un centième des coups que je voulais donner à la bourgeoisie du temps où j’étais un fanfaron, c’est pas juste ! Je suis intouchable, je connais le ministre de l’Intérieur, moi ! Et, d’ailleurs, un de ses prédécesseurs me connaissait déjà très bien dans les années 70, je suis un vieil agent de l’Etat ! Et puis je n’étais qu’un sale petit con à l’époque, il y a prescription depuis ! » – mais je ne rends pas la gloire et l’argent que cela m’a procuré, évidemment. Bref, assume un peu tes responsabilités, lecteur, et aide-moi à aider le texte à éviter les soucis. Je le fais pour lui, n’est-ce pas ?, car vu que je suis un personnage et que donc ni les agents du chaos et de l’Etat, ni la justice ne pourront s’en prendre à moi, j’aurais pu casser la gueule de cet idiot manipulateur, sans toutes ces précautions !)[Note de Juan]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.