14h45. Juan et Natalia. Teatinos.

— Non, personne. Je vais rentrer chez moi, afin de rester joignable. N’hésitez pas à appeler — me dit-il.

— D’accord, je vais appeler d’ici les gens qui sont susceptibles de savoir. Sinon, je le chercherai moi-même. Je pense que, vu la gravité des faits, je pourrai m’absenter ici — rajoute-t-elle.

— Vous avez une voiture ?

— Oui, chez moi. Mais, non… je n’ai pas d’essence dedans… — avoué-je un peu honteusement.

— Bon. Vous appelez d’ici. Je vais aller vers Vitacura où je sais où en trouver sans faire une queue de trois jours (son visage se renfrogne ; on n’a pas le droit de dire à voix haute des évidences devant un militant, quand celles-ci vont à l’encontre de leur aveuglement volontaire – enfin, non c’est plutôt qu’ils sont lucides mais veulent garder le monopole de la critique, un peu comme avec des grosses : elles ont le droit de parler de leur surpoids mais pas les autres, qui doivent feindre poliment de n’avoir rien remarqué… enfin on n’a pas le temps pour ses considérations sauvages de psychologie). Non, non, je ne critique pas, j’étais juste réaliste. Et puis vous avez construit le GAM en 275 jours, depuis je suis ébahi devant la supériorité indéniable du socialisme sur le capitalisme. Bref, au retour, je repasserai chez moi, c’est presque sur le chemin. J’attendrai cinq minutes. Donc, tâchez d’appeler toutes les 4 minutes si vous avez du nouveau. Si mon téléphone reste muet, je repasserai ici vous prendre avec l’essence et direction chez vous pour que vous puissiez rouler. Je préfère qu’on ait deux voitures en état de marche, on ne sait jamais — lui dis-je martialement.

Il s’en va de nouveau mais presque en courant cette fois-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.