15h. Natalia. Teatinos, au téléphone.

— Agustín, c’est Natalia. Tu sais où est Jean, cet après-midi ?

— Non. Aucune idée. Pourquoi ?

— Rien. Pour rien.

— Si je suppose que tu ne m’appelles pas pour une affaire d’ordre privée. Que se passe-t-il ?

— Rien, camarade. Rien.

— Tu mens, dis-moi.

— Et toi tu m’emmerdes. Si, j’appelle pour une question privée. C’est impossible ?

Elle raccroche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.