18h15. Jean et Juan. Au téléphone.

— Oui. Je n’en sais pas plus. Tes parents m’ont appelé. Ils se sont débrouillés pour retrouver mon numéro de téléphone via mes parents et l’université… cela fait un moment qu’ils te cherchent.

— Nos parents ont gardé contact ?

— Paris n’est pas si grand, tu sais. Il suffit qu’ils se soient croisés dans le 18ème et aient discuté… Je t’ai pris un billet pour ce soir à 23h15, cela veut dire qu’il faut qu’on soit à l’aéroport à 21h impérativement !

— Mais tu m’as pris un billet ? Mais je ne sais pas comment te le rembourser, et comment revenir je n’aurais pas non plus de quoi…

— Jean ! C’est grave apparemment, tu dois revenir à Paris.

— Mais qu’a Françoise ?

— Je ne sais pas. Tu penses bien que je n’ai pas demandé le détail à tes parents. J’ai compris que c’était important, j’ai agi ! Et on s’en fout du remboursement pour le moment, la vie est longue. Enfin l’important est de vivre… Allez fais ta valise. Je te retrouve à 20h30 au coin de la Place Baquedano et Vicuña Mackenna. Ça te va ?

— Oui…

— Allez, Jean, dépêche-toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.