18h50. Juan et Natalia. Au téléphone.

— Merci à toi, Natalia. Comme quoi on a réussi à former une belle équipe, non ?

— Dans le sens où on a réussi dans notre mission, oui.

— Bon en tout cas je t’aurais vu une fois, j’aurais mis au moins un visage sur un nom.

— Moi pareil. Merci pour Jean, en tout cas. Heureusement qu’il a un ami comme vous.

Que répondre à ça ? Heureusement qu’il a une copine comme vous ? Rien. C’est sans doute la dernière fois que je la voyais. Il ne faut pas s’attacher… Des yeux si beaux, une femme si forte, la copine de mon ami… Faut-il lui dire ? Non, elle avertirait tout le pays, et une promesse est une promesse. Il ne faut pas s’attacher. Elle doit faire partie de l’aile gauche : alors c’est leur faute, il ne faut pas s’apitoyer. Il ne faut pas se laisser aller au sentimentalisme dangereux…

— Juan, vous êtes au téléphone ?

— Oui, pardon, je réfléchissais. Bonne continuation. Bonne chance…

— Bonne chance ? Enfin, en tout cas bonne continuation à vous aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.