§4. Mais à ce moment-là tous les espoirs n’étaient pas encore épuisés. Il restait à Augusto Pinochet de cette invincible et mystérieuse force – ou est-ce une folie travestie ? – qui tient les hommes à l’action. La même, cette mauvaise herbe universelle, qui pousse les candidats perdus d’avance à tenter leur concours (et à parfois le réussir), les femmes battues à penser que leur mari changera…

— Général Pinochet, je pense que vous êtes la personne qui doit reprendre le poste du général Prats.

…les amoureuses que leur amant quittera enfin sa femme (il en a parlé si souvent) !), les adolescents que leur vie pourra s’épanouir ailleurs que dans cet endroit misérable (sa condition paraît toujours intolérable à cet âge-là)…

— Je vous remercie beaucoup, Monsieur le Président, de votre confiance. Je pense néanmoins que c’est mon général qui doit rester.

— Le général Prats est très fatigué et doit se reposer ; après nous lui donnerons d’autres charges.1

…l’ouvrier que sa vie morne sera un jour rompue par un événement inattendu, le prisonnier à perpétuité qu’une réforme ou une révolution lui permettra de revoir un jour la mer, la joie d’un panorama de montagne, le corps d’une femme, l’air de la liberté…

— Je vous remercie, Président, mais vous savez qu’en ce moment il est fondamental d’avoir de larges attributions dans le commandement de l’institution.

— Bien sûr, c’est logique, général. Vous les avez !

…l’infirme qu’un progrès scientifique rétablira toutes les fonctions de son corps… le croyant que le Royaume de son dieu adviendra… Tant que les hommes sont déraisonnables, ils sont encore vivants.

Note d’un sans-gêne récidiviste

  1. On ne peut être Président de la République si l’on n’est pas entêté. Allende s’est présenté trois fois avant de l’emporter à la présidentielle. C’est à force de persévérance que l’on plie la réalité à sa volonté. L’entêtement est la marque des grands. [Note du co-auteur éditeur]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.